Le groupe Héric (FFI CFL Dordogne Centre)

Rédigé par Alain dans la rubrique Portrait

Le groupe Héric a été crée au début de 1942, conduit par le capitaine Pierre Pirabeau dit ‘Héric’ (ou ‘Eric’ le prénom de l’un de ses fils).

 En 1943 le rassemblement de son groupe s’effectuera à Celles près de Ribérac en Dordogne avec pour mission des sabotages et des actions d’appui au débarquement.

Chronologie :
  1. Au début de mars 1944, le groupe intègre l’A.S.
  2. En juin 1944, Pirabeau tient à conserver une certaine indépendance. Le jour du débarquement en Normandie il refuse d’être intégré au groupe Bugeaud (maquis de Ribérac) et exige un rattachement direct à l’état-major F.F.I installé au château de Breuilh près de Vergt. 
  3. Le 1er juillet un convoi de matériel a été immobilisé en gare de Ribérac. Deux canons de 75 avec leurs munitions sont à leur bord. Avec un tracteur le groupe Héric (après ce jour-ci appelé aussi Compagnie Canons) les récupèrent. Ces canons ont servi aux combats à Saint Astier en août et plus tard sur le front de l’Atlantique. 
  4. Le 15 juillet le groupe perd son commandant blessé par un nouvel arrivant qui en manipulant maladroitement son revolver a tiré une balle dans sa jambe droite. Malheureusement 48 heures après l’accident, la gangrène avait commencé ses ravages et le docteur Gaillard de Périgueux a dû amputer une partie de sa jambe. 
  5. Vers la fin juillet, le capitaine Guitton (dont son vrai nom est Désongles) avait pris le commandant du groupe. Grâce à un parachutage, tout le personnel présent au camp est bien équipé. Cet apport d’armes et de volontaires a permis au camp Héric de s'étoffer et de devenir le bataillon Héric.
  6. Le 19 août le bataillon a eu pour mission d’attaquer la garnison allemande qui occupait les carrières de Saint Astier. Pour la première fois les deux canons de 75 sont entrés en action. 
  7. Le bataillon Héric participe à la libération de Périgueux et le 31 août à la libération d’Angoulême où 42 résistants y perdirent la vie. 
  8. En septembre le bataillon continue la lutte en participant aux libérations de Mortagne-sur-Gironde et Saintes. 
  9. En octobre il reste 1250 hommes, dont 550 furent intégrés au 26ème R.I. et environ autant au 158ème R.I.
Avec beaucoup d’autres maquis de la région,  les maquisards du groupe Héric ont participé jusqu’à l’armistice du 8 mai 1945 à la libération de Royan en avril 1945 et de l’Ile d’Oléron le 1er mai 1945.


Le groupe Héric sur les boulevards de Périgueux au retour de Saint Astier
(collection musée Militaire à Périgueux)
Le groupe Héric (dite aussi groupe Eric) à Périgueux (Collection Guy Penaud)