Monument aux fusillés de la Braconne, commune de Brie (Charente)

Rédigé par Alain dans la rubrique Lieu de mémoire

Le monument des fusillés se trouve au plein cœur de la forêt de la Braconne dans une clairiere de chênes, situé sur la commune de Brie à 10 kms du nord-est d'Angoulême.
On y accède par un chemin forestier et il est proche du camp militaire du 515 RT.

Le 5 mai 1943 : Dans une clairière de la forêt de la Braconne, un peloton d'exécution allemand composé de soldats SS, en transit au camp militaire, exécutait six résistants du groupe de Saint-Michel. Ils avaient été condamnés à mort le 30 avril 1943 par un tribunal militaire.

Ils étaient plus de cinquante à avoir été arrêtés, six d'entre eux furent fusillés dans le département (pour l'exemple), les autres déportés, et quelques femmes relâchées.

Chef d'inculpation retenu contre eux : « Appartenance à association illégale, complicité avec l'ennemi, actions de francs-tireurs et voies de fait contre la puissance occupante ». Jean Barrière, Paul Bernard, Jean Gallois, René Michel, Marc Nepoux, Marcel Nepoux

Le 15 janvier 1944 : Huit mois plus tard, un autre peloton d'exécution fusillait dix nouveaux résistants charentais condamnés à mort lors de 2 jugements rendus par le tribunal militaire allemand. 

- trois résistants, dans l'affaire dite de « l'Organisation Civile et Militaire » (O.C.M) le 22 décembre 1943 (trois furent exécutés sur les seize condamnations à mort prononcées, les autres furent graciés). Robert Geoffroy, Armand Jean, Francis Louvel

- sept résistants, dans l'affaire dite du « groupe Angoulême-Ruelle » des Francs-Tireurs et Partisans français (F.T.P), le 6 janvier 1944. (sept furent exécutés sur les neuf condamnations à mort prononcées, les autres furent graciés).


Chaque année, il y a deux cérémonies commemoratives à 15 h : 
Le 15 janvier c’est la municipalité de Ruelle qui appelle à la commémoration. Puis le dimanche le plus proche du 5 mai, c’est l’Association du Souvenir des Fusillés de la Braconne (A.S.F.B.) qui invite les charentais à se rendre dans la clairière.






Il y a également présente autour du monument, des stèles qui rappel d'autre lieu d'exécution ou de déportation ou sont mort des Charentais :


Les trois-chênes d'Angoulême
Fusillades des 12 octobre 1941
23 avril 1942, 4 avril 1944
et 11 juillet 1944

Gontran Labregère le premier fusillé charentais (lien)


Poitiers - Biard
Tous fusillés le 8 mai 1944
Le drame d'Endourchapt du 22 mars 1944 et les fusillés de Biard (lien)


Orléans
Fusillade du 8 octobre 1943

Angers
Fusillade du 21 février 1942

Allemagne
(Ludwigsbrug, Hersbruck, Buchenwald)
En mémoire aux patriotes de la Résistance - Péreuil - Angeduc (Sud-Charente) (lien)

Limoges
Fusillades du 18 mars 1944
et du 4 avril 1944

Souge
Fusillade du 21 septembre 1942
Fresnes et Mont Valérien
Fusillades des 21 septembre 1942 et 2 octobre 1943
Fusillade du 15 juin 1944


On peut télécharger la lettre du souvenir du site de l'A.S.F.B. qui paraîtra 3 fois par an : (lien)

A lire également :

Extrait du journal de la Section Spéciale de Sabotage "Nous les terroristes" écrit par Marc Leproux et imprimé en 1947.
Les fusillades de la Braconne : Le sacrifice (lien)

Fusillés de la Braconne en Charente (in English) (link)