Avaiteurs anglais recueillis par la Brigade Rac à Saint-Saud-Lacoussière - l'été 1944

Rédigé par Alan dans la rubrique Brigade RacLes AlliésRecherche


Je suis un Anglais passionné par l'histoire de la Brigade Rac / A.S Dordogne-Nord et je m'intéresse depuis longtemps pour trouver plus de renseignements au sujet d'une photo du maquis dans les bois près de Thiviers. J'ai vu cette photo pour la première fois dans le livre 'La Brigade Rac - Armée Sècrete Dordogne-Nord' par le capitaine Fred publié en 1977. 




Il y a trois ans la famille de René de la Tousche de l’équipe Jedburgh Alexander a partagé avec moi près de 15O photos de la Brigade Rac y compris cette photo prise dans les bois de Boudeau près de Saint-Jean-de-Côle et Thiviers. La famille m'a dit qu'au verso de la photo il y a la légende « Un Anglais R.A.F. avec nous » écrit par le photographe André Léonard.


La photo « des gars de Thiviers » a été prise en mai 1944 et fait partie d'une collection de photos prises de ce camp maquis. L'année dernière la famille de René de la Tousche m'a confié avec gentillesse cette collection mythique de photos. Trente et une photos du maquis de Thiviers dans les bois.





L'année dernière j'ai eu le plaisir de rencontrer pour la première fois Michèle Cézard, la fille du Lt Col Rac. Nous parlons par mail depuis six ans cependant. Elle m'a donné très gentiment des exemplaires du Bulletin de Liaison des Amicales Rac et 5Oème R.I. de 1979 et de 198O. Vers la fin du numéro 6 d'octobre/novembre 1979 il y a un appel pour retrouver les adresses des aviateurs anglais recueillis à Saint-Saud en juillet 1944. L'appel a été lancé par Edouard Verbauwen, un ancien de la 6ème Cie de la Brigade Rac basée dans la région de Saint-Saud-Lacoussière, Miallet et La Coquille. Pas de noms des aviateurs mais ma curiosité a été éveillé.


Au même moment que la famille De la Tousche m'a partagé la collection des photos, ils m'ont envoyé des documents y compris un livret écrit par Alain, l'un des fils de René de la Tousche. Le livret parle du parcours de la Mission Alexander dans le Sud-Ouest de la France, surtout la Dordogne avec la Brigade Rac. J'ai posté un article sur le livret l'année dernière. Pendant mes récentes recherches sur l'équipage américain du Channel Express III écrasé près de Jauldes le 19 mai 1944 j'ai lu à nouveau le livret pour vérifier les messages envoyés à Londres par la mission Alexander au cas où il y aurait un message qui parle de l'équipage du Channel Express.

Sgt. E. Jones
Je n'ai rien trouvé mais j'ai trouvé ce message du 24 août 1944 intéressant :
« Prévenez, s'il vous plaît, les femmes et les familles des suivants qu'ils sont bien ; Forcevan, S.J. 27154, RCAF ; Sgt E. Jonel, 999682, RAF ; Sgt H. Blackett, RAF. Ils sont avec le maquis depuis le 9 mai »

Des recherches sur Forcevan et Jonel n'ont rien donné, il s'est avéré que ces noms ont été mal orthographiés mais les matricules militaires ont été écrits correctement donc leurs familles auraient reçu le message. En fait ces aviateurs étaient F/O R. C. Evans, un aviateur Canadien et Sgt. E. Jones, un aviateur Anglais. Ma recherche sur Sgt H. Blackett a été plus fructueuse et j'ai trouvé un viel article de presse de 2OO4 publié dans le journal Ipswich Star, l'équivalent dans le Suffolk de la Dordogne ou la Charente Libre. L'article parlait d'une dame française, qui vivait à Ipswich à l'époque de l'article. Sa famille a hébergé quelques aviateurs anglais en 1944 dans la maison familiale à la Bûcherie près de Saint-Saud en Dordogne. La dame s'appelle Françoise Ribieriex, elle avait 7 ans en 1944.

Sgt. H. Blackett
Deux de ces aviateurs étaient Sgt. H. Blackett « Harry ou Blackie » et Sgt. E. Jones « Eddie ». Ils ont sauté de leur Halifax en même temps que cinq de leur équipage quand l'avion a perdu deux de ses moteurs dans le nuit du 9 au 1O mai 1944 après ils ont parachuté des armes au maquis à Brive en Corrèze (leur mission porte le nom de code Opération Percy 3). Les aviateurs ont atterri à Saint-Laurent-sur-Gorre au sud de Rochechouart en Haute-Vienne. L'avion sans équipage s'est écrasé peu de temps après à Groslaud près de Chabanais en Charente. Cet article de l'Ipswich Star parlait de la recherche par David Blackett, le fils du Sgt. H. Blackett, pour trouver l'histoire de l'évasion de son père et l'équipage du LL183 et les nouvelles qu'il a trouvé Mme Ribieriex, la fille de la famille qui a hébergé son père, vivait ces jours-ci à Ipswich et qu'elle était très heureuse de parler de cette époque.

Un peu de recherche et avec l'aide de Robert Body, l'auteur de l'ouvrage "Runways to Freedom" j'ai trouvé le fils du Sgt. Blackett et je lui ai envoyé par mail la photo mythique prise par André Léonard dans les bois de Boudeau en mai 1944. David, le fils du Sgt. Blackett m'a répondu immédiatement avec la belle nouvelle que son père était sur la photo à table à droite et également son camarade Sgt. E. Jones à table à gauche avec une verre. J'ai envoyé un lien à David pour lui montrer plus de photos de Boudeau sur mon site et il m'a confirmé que son père figurait sur cinq des photos.

Le rapport d'évasion fait par ces aviateurs après leur rapatriement le 9 Septembre 1944 confirme qu'ils ont passé plus de trois mois au sein de la Brigade Rac à Saint-Saud-Lacoussière en Dordogne. Pendant leur « séjour » ils ont participé à un parachutage, des sabotages d'une ligne de chemin de fer et un pont pour arrêter un train blindé allemand et des combats contre les Allemands. Les aviateurs les instruisant en matière de maniement d'armes anglaises.


Extrait du rapport d'évasion de Blackett, Evans et Jones
Je suis en train de rechercher cette histoire avec la famille du Sgt H. Blackett et l'auteur André Berland qui habite à Pressignac près du crash de l'avion appartenait du 161ème squadron. André a fait des bonnes recherches au sujet avec Richard Rose qui a trouvé un petit morceau de l'avion près du moulin de la Soutière près de Chabanais en 2OO4. Ensemble nous recherchons l'histoire complète des sept aviateurs alliés, trois Anglais et quatre Canadiens. Trois de l'équipage, Sgt. Harold Blackett, Sgt. Edward Jones et F/O Richard Charles Evans  « Dick » vont être dirigés vers la Dordogne ou ils étaient recueillis par la Résistance Dordogne-Nord et ils sont revenus en Angleterre en septembre 1944. Deux de l'équipage, F/O Alfred Stanley Coldridge « Stan » et F/O Harry Delbert Medland, pris d'abord en charge par le maquis de Pressignac, rejoignirent Paris grâce à d'autres maquis, puis l'Espagne et Gibraltar, d'où ils rentrèrent en Angleterre le 6 septembre 1944. Un membre de l'équipage, F/O Donald Alexander Lennie « Don », a trouvé le maquis mais après une attaque par les Allemands il a été fait prisonnier. Il est transféré à Toulouse et après avoir été torturé il est condamné à mort. Heureusement la Résistance a libéré Toulouse et il a retrouvé la liberté. Le dernier membre de cet équipage, Sgt. Robert Clarke « Nobby », a la malchance de se casser une jambe en touchant le sol, se constitua prisonnier et il est déporté au Stalag Luft 7 de Bankau et libéré à la fin de la guerre.


Sgt. H. Blackett et Sgt. E. Jones après trois nuits de marche sans nourriture ont trouvé trois maisons isolées près d'un puits. Par chance l'une des maisons était le PC d'un maquis et la fille adolescente (s'appelle Janine ou Jeannine,) du chef de ce maquis a trouvé les deux aviateurs près du puit. Son père a été alerté et après des questions les aviateurs ont été reçu de l'aide. Ce PC maquis était probablement entre Gorre, Champagnac-la-Rivière et Pageas en Haute-Vienne. Le Sgt. Blackett a cru que la fille a sauvé leur vie et il a donné à sa fille née après la guerre le prénom de Janine à la mémoire de la fille du chef de maquis. Les aviateurs ont continué plus sud et ils ont trouvé le maquis à Châlus puis le maquis A.S. de Saint-Saud-Lacoussière, futur 6ème Cie de la Brigade Rac. En août ils réussirent à entrer en contact avec Jacques Poirier "captain Jack" responsable du S.O.E. qui les fit rapatrier à l'aérodrome de Tempsford par un avion allié qui décolla de l'aérodrome de Feytiat, près de Limoges le 9 septembre 1944.





Après la guerre le Sgt Harry Blackett est resté en contact avec Albert Giry, né Pageas, qui faisait parti au maquis de la forêt de Dournazac - Cussac (à l'ouest de Châlus) en Haute-Vienne.
(Source Wikimedia)

Est-ce que vous avez des renseignements sur l'équipage du Halifax MA-W, partie du 138ème squadron basé à Tempsford, ou leur parcours au sein de la Résistance en Dordogne et en Haute-Vienne pendant l'été 1944 ? N'hésitez pas à me contacter par mail à resistance.sudouest@gmail.com
Il nous fera un plaisir de vous lire. Je serai à Saint-Saud du 9 au 1O mai 2O18.

Des photos de l'équipage avant le départ de l'avion prises à Tempsford et des photos de Sgt Blackett et de Sgt Jones dans les bois de Boudeau avec la Résistance de Thiviers (fin mai 1944) :





1O mai 1944 - un avion Britannique s'écrase au Groslaud près de Chabanais (lien)