Maquis de Thiviers dans les bois de Boudeau - mai 1944

Rédigé par Alan dans la rubrique Brigade Rac
Cette photo a été prise en mai 1944, et fait partie d'une collection de photos prises du groupe de résistants de Thiviers qui étaient cachés dans la forêt de Boudeau près de Saint-Jean-de-Côle.
Aujourd'hui, la forêt de Boudeau a été détruite et à cédé la place à une carrière.



Effectivement, sur cette photo figure Maurice Fleurat-Lessard, il n'était pas résistant car il n'avait que 16 ans en février 1944. Il leur faisait juste une visite ce jour là.

Raymond Fleurat-Lessard le neveu de Maurice Fleurat-Lessard a nous partagé un peu d'histoire du maquis à Boudeau :

Le groupe de maquis de Boudeau se cachait à un ou deux kilomètres de la ferme de mon grand-père à Boudeau. Il est exact que mon grand-père et mon père leur ont parfois offert du vin et de la nourriture. Sans doute aussi un hébergement provisoire par mauvais temps, pendant l'hiver 43/44. Mais à ma connaissance, cela n'a pas été plus loin que ces gestes de solidarité naturelle pour des paysans.

A gauche, avec sa faux sur l’épaule, c’est Maurice Fleurat-Lessard, mon oncle, qui vient porter à boire aux maquisards de la forêt de Boudeau. Né le 26 février 1928, il n’avait que 16 ans lorsque cette photo a été prise début 1944. Il n’était donc pas un maquisard.

Il habitait dans la ferme de Boudeau où il travaillait avec son père, sa soeur Germaine (née en 1923), et son frère Fernand, né le 1O juillet 192O, qui lui était maquisard tout en continuant à travailler la ferme quand il le pouvait.

Fernand (mon père) sera grièvement blessé à Saint Pierre de Côle, dans un accident de voiture,  lors d’un départ pour une mission, le 1O juillet 1944, le jour de ses 24 ans.
Début 1944, Roger Richard, qui avait créé un groupe de résistants près de Savignac, a envoyé des agents pour établir une liaison avec le groupe de Boudeau, notamment Chastaing (Elie Chatelier, qui sera fusillé le 17 août à Périgueux) et Robert Dupuy. (qui épousera Germaine en 1949).

Cet ensemble rejoint en avril le groupe « ROGER ».
Caché dans la « forêt barade » près de Thenon, le groupe « ROGER » a été constitué par Roger Deschamps dès 1943. En février 1944, il compte 44O hommes.
Devenue une formation importante, cette unité exerce une pression constante sur l’ennemi, principalement sur l’axe Périgueux – Brive, le long de la R. N 89 et de la voie ferrée.

Cette unité deviendra le 2éme bataillon de la division Rac.
Ces informations sont issues de l’excellent ouvrage « Résistants du Périgord », de Jean-Jacques Gillot et Michel Maureau, aux Editions Sud Ouest. (édité en 2O11)

Raymond Fleurat-Lessard

A lire également :
A.S. Dordogne Nord dans les bois : mai 1944 (lien)